Pensez-vous que la thérapie par la parole régulière ne parvient pas à résoudre les problèmes de votre vie? Si vous avez des antécédents d'automutilation, d'idées suicidaires, de tentatives de suicide chroniques ou d'émotions extrêmes et accablantes, vous voudrez peut-être envisager de parler à un conseiller de la thérapie comportementale dialectique.

Qu'est-ce que la thérapie comportementale dialectique?

La thérapie comportementale dialectique (DBT) a été développée par le Dr Marsha Linehan dans les années 1970 comme un moyen de traiter les patients suicidaires diagnostiqués avec un trouble de la personnalité limite. DBT adapte certains aspects de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour mieux convenir aux clients ayant des pensées suicidaires chroniques ou un trouble de la personnalité limite.

Le DBT comprend généralement une combinaison de séances de thérapie de groupe (également appelées `` groupes de compétences DBT '') ainsi que des séances de psychothérapie individuelles et une équipe de consultation en thérapie qui travaille ensemble pour répondre au mieux aux besoins du client.



Les origines du DBT, du trouble de la personnalité limite et du suicide

Lorsque Linehan a réalisé que le traitement CBT standard était trop axé sur le changement et est apparu comme invalidant pour les patients en détresse intense, elle a créé le DBT comme un moyen de favoriser les compétences et les techniques d'adaptation basées sur l'acceptation afin que ses clients puissent se sentir validés avant de changer de vie.



Cela était particulièrement important pour les clients atteints de trouble de la personnalité limite, un trouble qui a été théorisé comme résultant d'un traumatisme infantile et d'un environnement émotionnellement invalidant. Les personnes qui ont grandi de façon chronique invalidé dans des ménages toxiques ou qui ont des antécédents de relations abusives peuvent potentiellement bénéficier de ce traitement.

Le DBT n'est pas seulement un traitement fondé sur des preuves pour les personnes atteintes de trouble borderline, il a également été prouvé par la recherche qu'il est efficace pour ceux qui souffrent de trouble de stress post-traumatique, de problèmes de toxicomanie, de troubles de l'alimentation et de dépression.



Les compétences de vie enseignées par la thérapie comportementale dialectique: un aperçu

DBT comprend la construction des compétences de vie suivantes avec les modules suivants.

Pleine conscience.Ce module aide l'individu à apprendre des techniques pour être dans le moment présent et se concentrer sur une chose à la fois. En utilisant les principes du bouddhisme zen, la formation aux compétences de vie en pleine conscience permet à l'individu de ralentir, de respirer à travers sa douleur et d'utiliser le non-jugement pour observer attentivement ce qui se passe dans son environnement, décrire ce qu'il ressent et participer plus pleinement à ce se produit. Il n'est pas rare que le thérapeute DBT individuel ou le thérapeute de groupe DBT entame une session avec ses clients en utilisant une courte méditation pour aider les individus à se fonder sur ce qu'ils ressentent et à observer leurs pensées à partir d'un endroit plus objectif.

Régulation émotionnelle.Le module de formation à la régulation des émotions de la vie met l'accent sur la capacité de réduire la vulnérabilité en prenant soin de son bien-être mental et physique. Il redirige l'individu pour évaluer quels besoins sont négligés et ce qui peut être fait pour mieux construire des expériences positives et prendre des mesures pour améliorer le moment présent. Ce module permet à l'individu de mieux gérer ses émotions notamment en période de contrainte aiguë.

Tolérance à la détresse.Cet aspect se concentre principalement sur l'auto-apaisement, en particulier pendant les périodes de crise, de détresse ou déclenchant des états d'excitation émotionnelle. Ce module encourage acceptation radicale, qui est une acceptation neutre du moment présent et de ses émotions sans nécessairement agir sur des impulsions ou tolérer les actions nuisibles des autres et des circonstances défavorables injustes.

Efficacité interpersonnelle.Étant donné que la capacité de naviguer sainement dans les conflits et les interactions sociales joue un rôle crucial dans la santé mentale des populations particulièrement vulnérables, ce module se concentre sur la façon dont nous pouvons à la fois nous valider et valider les autres. Il enseigne aux clients comment définir les limites de manière appropriée, voir le point de vue d’un autre sans s’engager dans une réflexion en noir et blanc, tout en affirmant ses besoins avec confiance et attention.

Acronymes utiles et compétences de crise utilisées dans DBT: Exemples

Il existe des acronymes très utiles et complets impliqués dans le DBT qui peuvent faciliter la formation aux compétences de vie. Voici quelques exemples.

POUR LA TOLÉRANCE À LA DÉTRESSE

L'acronyme «ACCEPTS» vous aide à entrer dans un état d'esprit sage pour gérer plus efficacement les émotions et les situations difficiles.

Activités pourrait inclure de se livrer à des activités agréables et distrayantes pour apporter un soulagement temporaire et pour donner à votre esprit un répit de la situation. Les exemples incluent faire une promenade ou courir, écouter de la musique apaisante, faire du shopping, regarder une émission de télévision préférée ou se livrer à un passe-temps.

pourquoi ne suis-je pas digne d'amour

Contribuant est une compétence de vie qui vous rappelle toutes les personnes dans le besoin et aide également à développer un sentiment de gratitude et de connexion sociale. Vous pouvez contribuer en faisant un don à un organisme de bienfaisance, en faisant du bénévolat dans une organisation qui soutient une cause qui vous tient à cœur, en proposant d'aider un ami - il existe d'innombrables façons de contribuer qui peuvent vous aider à sensibiliser le grand public.

Comparaisons peut être utile, surtout lorsque nous sommes en mode crise et que nous avons l'impression que rien ne s'améliorera jamais. Cependant, tout dépend de la personne en particulier quant à la façon dont elle utilise les comparaisons, car tout le monde ne réagira pas de la même manière à ces exercices. Vous pourriez comparer votre vie à ce qu'elle était il y a des années pour voir vos progrès ou vous souvenir de la vie de ceux qui luttent plus que vous. Trouvez ce qui fonctionne pour vous sentir mieux dans l'instant.

Émotions pourrait signifier que vous utilisez une «action opposée» pour gérer efficacement l'émotion avec laquelle vous luttez. Cela peut aider à freiner les comportements impulsifs et avoir un impact sur votre humeur générale. Par exemple, si vous vous sentez particulièrement en colère, vous pouvez sortir et faire quelque chose de calmant (comme aller à un atelier de méditation). Si vous vous sentez triste, vous pouvez opter pour regarder un film heureux ou pour aller à un spectacle de comédie debout.

Repousser la situation implique de s'en éloigner émotionnellement pendant une courte période. Vous pourriez imaginer une sorte de barrière physique vous bloquant de la situation et refuser de ruminer dessus. C'est temporaire et certainement pas une solution à long terme, car les émotions doivent finalement être découragées. Cependant, cela vous donne un répit de la douleur jusqu'à ce que vous soyez prêt à y faire face.

Pensées met l'accent sur la capacité de vous distraire de vos réflexions sur la situation jusqu'à ce que vous soyez complètement prêt. Vous pourriez devenir absorbé par un livre, faire un puzzle ou autre chose créatif qui peut vous aider à ne pas être trop submergé par ce que vous vivez actuellement.

Sensations met l'accent sur vos cinq sens. Des exemples courants incluent la prise de douches très chaudes ou froides, la tenue d'un glaçon dans la main, la rupture d'un élastique sur votre poignet ou tout autre type de stimulus qui peut ébranler vos sens et vous distraire d'agir impulsivement sur les envies destructrices que vous pourriez avoir.

POUR L'EFFICACITÉ INTERPERSONNELLE

L'acronyme «DEAR MAN» aide les individus à maîtriser les conflits et à s'affirmer de manière saine:

Décrire pourrait impliquer d'exposer clairement la situation pour fournir un contexte. Par exemple, si Debra voulait que sa sœur arrête de l'appeler après minuit, elle pourrait dire quelque chose comme: «Vous m'appelez beaucoup après minuit ces derniers temps après que je sois déjà allé dormir».

Exprimer vos croyances et opinions sur la situation que vous décrivez sont utiles pour que l’autre personne sache pourquoi cette situation vous pose problème. Debra pourrait alors dire quelque chose comme: «Lorsque vous m'appelez à cette heure, cela interrompt vraiment mes habitudes de sommeil et je me sens groggy au travail. J'adore te parler et t'aider quand tu en as besoin, mais il serait préférable d'appeler plus tôt.

langue d'amour toucher

Affirmerpourrait ressembler à Debra déclarant ses souhaits, fixant une limite ou disant non entièrement. Elle pourrait dire quelque chose comme: «Je vais devoir éteindre mon téléphone après minuit. Veuillez ne m'appeler qu'à une heure tardive pour les urgences, sinon, nous devrons nous reconnecter à un moment plus approprié ».

Renforcer comprend le renforcement de la capacité d'une personne à respecter vos souhaits en la «récompensant». Cela peut aller d'un simple merci pour avoir compris vos besoins ou leur faire savoir à quel point vous l'appréciez lorsque l'autre personne respecte vos demandes.

Rester attentifsignifie rester fort dans vos convictions, concentré sur vos objectifs (faire respecter vos droits) et refuser d'être détourné. Vous pourriez utiliser la technique du `` record cassé '' pour continuer à dire ce que vous croyez être vrai ou vous devrez peut-être vous éloigner de la conversation si la personne qui reçoit ne veut pas voir votre point de vue ou vous menace.

Apparaître confiantmême si vous êtes nerveux de fixer une limite - comme maintenir un contact visuel, utiliser un ton de voix confiant, peut également être utile pour naviguer dans un conflit.

Négocier pourrait signifier suggérer des alternatives si la personne ne souhaite pas répondre à votre demande ou simplement demander: «Je vois que nous sommes parvenus à un désaccord. Comment pourrions-nous résoudre ce problème autrement? et engager un dialogue (si vous estimez que l'autre personne est disposée à s'engager dans l'un de manière non violente et non menaçante).

Autres acronymes utiles pour les compétences de vie de DBT

AMÉLIORER vous donne les outils dont vous avez besoin pour améliorer le moment présent afin que vous puissiez mieux faire face à la détresse.

jela magie (visualisez comment gérer avec succès les circonstances adverses auxquelles vous êtes confronté).

Mle sevrage (trouver un sens à la douleur ou à la souffrance que vous vivez - que peut-on en tirer?)

Prayer (utiliser la prière pour s'apaiser, se rendre et demander l'aide d'une puissance supérieure).

Rrelaxation (pratiquez des activités comme le yoga ou la méditation pour vous aider à vous détendre et à réinitialiser votre corps, surtout s'il est tendu).

Oune chose à la fois (concentrez-vous sur une seule chose à la fois et sur la tâche à accomplir pour améliorer la pleine conscience et éliminer la distraction ou le stress accru dû au fait de gérer trop d'émotions à la fois).

Vacation (faites une pause dans le conflit, que cela nécessite de vous retirer physiquement ou simplement de vous distancier mentalement).

etncouragement (encouragez-vous par des affirmations, des rappels de motivation ainsi que par le souvenir de toute rétroaction positive qui vous est donnée).

S'IL VOUS PLAÎT Maîtrise pour réduire la vulnérabilité émotionnelle et une régulation émotionnelle efficace.

PetL représenter (traiter) une maladie physique (prendre soin de toute maladie ou affection qui vous fait vous sentir physiquement taxé ou en détresse)

et(de manière nourrissante et saine)

Unltrer les médicaments (éviter les médicaments qui modifient l'humeur sauf si vous avez une ordonnance)

Sle sommeil (se reposer suffisamment et établir un rythme de sommeil régulier)

etxercise (faire suffisamment d'exercice chaque jour peut vous aider à vous maintenir dans un état émotionnel équilibré).

La maîtrise se réfère à la capacité d'utiliser tous ces éléments pour rester dans un «esprit sage» qui est un état de pleine conscience et une maîtrise de soi équilibrée qui vous permet de gérer efficacement vos émotions sans recourir à un comportement autodestructeur.

Parlez à votre thérapeute de la thérapie comportementale dialectique

Ce n'est qu'un échantillon des façons dont la thérapie comportementale dialectique peut vous aider à maîtriser vos émotions et à mener une vie plus saine et plus épanouissante. Il y a, bien sûr, beaucoup plus de compétences de vie et de suggestions utiles à votre disposition si vous devenez bénéficiaire de DBT avec un professionnel qualifié et agréé.

Assurez-vous de consulter votre thérapeute pour évaluer si le DBT pourrait vous convenir et répondre à vos besoins uniques. Bien que le DBT ne soit pas pour tout le monde, il peut être incroyablement vital pour ceux qui sont particulièrement vulnérables, en particulier en période de crise grave ou de détresse.

Les références

Linehan, M., Comtois, K. A., Murray, A. M., Brown, M. Z., Gallop, R. J., Heard, H. L., et Korslund, K. E. (2006, 1er juillet). Essai contrôlé randomisé de deux ans et suivi de la thérapie comportementale dialectique par rapport à la thérapie par des experts pour les comportements suicidaires et le trouble de la personnalité limite.JAMA Psychiatrie,63(7), 757 à 766. doi: 10,1001 / archpsyc.63.7.757.

McKay, M., Wood, J.C., et Brantley, J. (2010). Le cahier d'exercices de thérapie comportementale dialectique: exercices pratiques de DBT pour apprendre la pleine conscience, l'efficacité interpersonnelle, la régulation des émotions et la tolérance à la détresse. Oakland, Californie: New Harbinger Publ.

Tormoen, A. J., Groholt, B., Haga, E., Brager-Larsen, A., Miller, A., Walby, F., Mehlum, L. (2014). Faisabilité de la thérapie comportementale dialectique avec des adolescents suicidaires et autodestructeurs à problèmes multiples: formation, adhérence et rétention.Archives of Suicide Research,18(4), 432 à 444. doi: 10.1080 / 13811118.2013.826156