Permettez-moi de commencer en soulignant qu'il s'agit d'un voyage personnel de réalisation. Je ne condamne pas la lecture. Je voulais juste mettre en mots mes expériences, dans l'espoir de trouver une amélioration. Bref, c'est parti.

Depuis que je me souvienne, ma vie a été mêlée d'histoires et de livres. Des lectures au coucher de l'enfance avec ma maman de princesses et de sorcières maléfiques; pour découvrir le pays des merveilles avec de jolies photos d'Alice, Tweedledee et Tweedledum; s'envoler dans le ciel pour trouver Neverland avec Peter et Wendy; pour enfin voyager seul, avec un dictionnaire à la main, alors que j'explore des livres sans images sur le monde sorcier et Narnia, et jusqu'à présent, patauger dans des vies différentes à travers des yeux différents dans des livres différents.



les gars militaires sont des douchebags

En effet, j'ai trouvé du réconfort et du réconfort dans la lecture de fiction: l'ultime évasion. Mais je suppose qu'avec le temps, mes raisons de lire ont pris un tour assez sombre. Avant, dans ma jeunesse innocente, je lisais à cause d'une fascination et d'une curiosité absolues, voulant apprendre de nouvelles choses. Je lisais parce que l'expérience était magique et je me délectais d'étonnement et de respect. La lecture m'a fait découvrir des centaines de réalités alternatives qui m'ont fait voir le monde dans lequel je vis sous un jour différent, m'ont fait comprendre les vérités et les mensonges. Il a rempli mon esprit de trésors insurmontables, j'espère le garder pour toujours.



En vieillissant, je ressens à peu près la même chose à propos de la lecture. Mais en plus, c'est devenu mon refuge contre les dures réalités de la vie. La lecture est devenue une sorte d'ancre, qui me maintient en place chaque fois que les marées de la vie menacent de m'éloigner et quand tout me semble trop. Chaque fois que je veux oublier, je lis. Chaque fois que je veux éviter mes problèmes, je lis. Chaque fois que je me sens stressé, je lis.



Pendant un bon moment, cela fonctionne. Je me suis rapidement élevé et j'ai pu reprendre ma vie rafraîchie et renaître. C'est aussi en lisant que j'ai développé mon amour pour l'écriture - en m'exprimant à travers une suite de mots qui construisent des univers autour de moi. Je suis devenu accro. Mais cela ne peut aller que loin.

J'ai réalisé que la lecture était en fait toxique pour moi. Je me perds tellement dans cet état de rêve que je refuse de me réinstaller dans mon propre monde. Au moment où je ferme un livre, tout s'écroulait. Chaque problème que j'évitais, chaque obscurité que j'essayais de repousser en utilisant les pages d'un livre, me déchaînait par dix. La lecture n'est pas une catharsis, comme je le pensais. Je suis devenu tellement dépendant de ces personnages fictifs, les considérant comme des amis, me trompant pour faire partie de leur fantasme, ne sachant pas que j'ai négligé ma réalité.

Et je sais que cela doit être une gifle à mes collègues lecteurs, et pour cela je m'en excuse. Mais plus je lis, mieux je vois ce que c'est devenu pour moi. Ce n'est pas la lecture en soi qui est le problème. C’est ainsi que je l’utilise pour ériger des murs et empêcher les gens, les émotions, la vie et la réalité d’entrer, au lieu de l’utiliser pour me connecter au monde qui m’entoure. C’est ainsi que je l’utilise comme une cage pour me piéger, au lieu de la façon dont je voulais que ce soit mes ailes. Je ne savais pas exactement quand lire pour moi est passé de l’évasion momentanée à l’isolement complet et à l’évitement. C'est malsain, je sais.

Et ça fait mal. C’est douloureux de savoir que j’ai en quelque sorte transformé cette grande merveille de la vie en une arme qui me poignarde dans le dos, me laissant sans direction.

baise ma petite nièce

Mais dans la vie, nous devons aller de l'avant. Et donc, j'apprends - j'apprends lentement à aimer la lecture à nouveau, dans sa forme la plus pure, sans tache par mon amas personnel de démons et sans entrave par mon désir de flotter dans l'abîme.